Comprendre

L'édito
Le projet Bercy-Charenton est stratégique dans la structuration de la métropole.
© DICOM, Henri Garat

Le futur quartier de Bercy-Charenton verra le jour sur une des dernières grandes emprises ferroviaires parisiennes, entre le quartier de Bercy, la Vallée de Fécamp, le bois de Vincennes, la Seine, et Charenton-le-Pont.  Il recréera une continuité urbaine entre les quartiers du 12e arrondissement et la Commune de Charenton-le-Pont. Sur près de 70 hectares, Bercy-Charenton accueillera plus de 4 000 logements, et l’équivalent d’autant de m² d’activités (bureaux, commerces, logistique urbaine), ainsi que de nombreux services et équipements publics de proximité (crèches, écoles, collège, bibliothèque), avec de larges espaces verts.

 

En novembre 2014, le Conseil de Paris a approuvé l’extension de la zone d’aménagement au secteur Léo Lagrange ce qui permet de poursuivre la requalification de la Porte de Charenton, engagée par l’arrivée du tramway en décembre 2012. Sont notamment envisagés le réaménagement des installations sportives du stade Léo Lagrange (amélioration des conditions d’accueil, construction de tribunes, équipements couverts, modernisation du stade de football, agrandissement de la piste d’athlétisme), la construction d’un collège sur le boulevard Poniatowski, la livraison d’un programme de logements accompagnée de l’ouverture d’une nouvelle bibliothèque de quartier en pied d’immeuble, et la création d’une promenade verte.

L’intégration de ce secteur au périmètre du projet recréera du lien entre les quartiers de Bercy et Vallée de Fécamp jusqu’alors séparés par les emprises ferroviaires. Une passerelle piétonne traversant le faisceau facilitera les déplacements de chacun, alors que la création d’un corridor écologique entre la Seine, la petite ceinture et le bois de Vincennes sera favorisée par des espaces verts et publics plantés, accompagnés du développement de modes de déplacements doux.

Une phase de concertation s’est ouverte en décembre 2014 afin de débattre de ces nouvelles orientations d’aménagement. Nous avons souhaité associer l’ensemble des habitants et en particulier les riverains comme les associations sportives du stade Léo Lagrange à ces étapes de la concertation afin de réfléchir ensemble à l’offre et l’implantation de ces équipements.

Ces évolutions concernent aussi  les futurs usages et occupations de la gare de la Râpée inférieure, et les enjeux en matière de logistiques urbaine posés par la localisation de ce territoire au croisement d’infrastructures ferroviaires, fluviales et routières de portée métropolitaine.  

Les habitants, conseillers de quartier et associations, ont été invités à l’ensemble des étapes de la concertation, contribuant à nourrir la réflexion. Il nous apparait indispensable, pour la réussite de ce projet et des futurs aménagements, de continuer d’associer les habitants aux phases d’études afin que chacun puisse se placer au cœur du processus de réflexion et être co-acteur de la fabrique de ce futur quartier, qui accueillera à termes 15 000 habitants et plusieurs milliers d’emplois. 

 

Jean-Louis Missika, Adjoint à la Maire de Paris chargé de l’Urbanisme, de l’Architecture, du projet du Grand Paris, du Développement Économique et de l’Attractivité

Catherine Baratti-Elbaz, Maire du 12e arrondissement